Brest. Trente postes seraient créés à l’hôpital

L’hôpital de Brest traverse une période de turbulences. Des négociations sont en cours entre direction et syndicats. Mais un rassemblement est maintenu le 19 mars.

Des négociations sont en cours depuis trois semaines entre la direction du Centre hospitalier régional hospitalier de Brest (CHRU) et les syndicats. Elles semblent être en passe d’aboutir. Un protocole d’accords portant sur la création de 30 postes a été présenté aux syndicats jeudi soir.

« C’est une avancée, reconnaissent Thomas Bourhis (CGT) et Pascale Robardet (Sud), même si ça reste insuffisant ! » Jusqu’à présent, la direction proposait surtout des redéploiements de postes. Les syndicats rappellent que le plan de retour à l’équilibre budgétaire a entraîné la suppression de 168 postes, alors même que l’activité est repartie à la hausse.

Un vigile avec chien aux urgences

Aux urgences notamment, dix lits supplémentaires seraient créés durablement, ainsi que dix lits supplémentaires en périodes de tensions, l’hiver et l’été. Une infirmière de plus serait présente de jour comme de nuit (les syndicats en demandent 3). Pour autant, le fameux couloir, devenu lieu de stockage de brancards éloigné des soignants, pourrait rester une zone d’attente en cas de forte tension, même s’il serait équipé de sonnettes.

Concernant le manque de sécurité pour les soignants, également dénoncé par les syndicats, un vigile avec chien serait présent toutes les nuits et les week-ends. Un visiophone permettrait de contrôler les entrées, la nuit.

À l’accueil, un plexiglas devrait être installé sur les bureaux pour protéger les secrétaires.

Dans d’autres services comme la chirurgie pédiatrique, la neurologie, la médecine générale, ou la maison de retraite René-Fortin, des postes seraient aussi créés mais pas en nombre suffisant selon les syndicats. Plus globalement, une équipe roulante de remplaçants serait en projet.

Avant de se prononcer, la CGT et Sud veulent consulter leurs adhérents et les personnels. La CFDT, syndicat majoritaire, faitt de même. La direction demande une réponse pour mardi prochain.

Un rassemblement le 19 mars

L’hôpital de Brest traverse une période de fortes turbulences. Depuis janvier, les syndicats dénoncent un manque de moyens humains et matériels, notamment aux urgences. Fin février, un homme y est décédé, sur un brancard, dans un couloir, avant d’avoir été examiné par un médecin.

Réagissant à ce décès, le témoignage sur Facebook de Vanessa Douguet, sur le « calvaire » vécu par sa tante dans ces mêmes urgences, a été vu plus de 120 000 fois. La mère de famille de Saint-Renan a été reçue par la directrice des usagers de l’hôpital. Un entretien "pas très fructueux" selon Vannesa Douguet : " J’évoquais le manque de personnels, elle me répondait en parlant de la wifi disponible aux urgences !"

Une pétition de Sud et la CGT « Hôpital en danger » a recueilli plus de 2 500 signatures. Un collectif des usagers de défense de l’hôpital public est en cours de constitution.Les syndicats ont été contactés par Vanessa Douguet, qui souhaite « concrétiser les soutiens reçus sur les réseaux sociaux et travailler dans la durée pour faire bouger les choses, aller jusqu’au bout de cette prise de conscience ».

Actions des salariés, témoignages d’usagers, de patients et de soignants...C’est l’ampleur de cette mobilisation qui fait plier la direction, selon les syndicats. "On n’aurait pas pu aller aussi loin sans le soutien des usagers et l’écho médiatique."

Un rassemblement est prévu le samedi 19 mars, à 11h, place de la Liberté, à Brest. Pour les organisateurs, ce serait l’occasion pour la population « d’afficher pleinement son soutien à l’hôpital ».

Ouest-France, 12 mars 2016.

Publié le 13 mars 2016
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi