CH Morlaix. Les conséquences de la fermeture des 26 lits de psychiatrie

L’évolution de l’offre de soins en psychiatrie à Morlaix passera par une diminution des postes sans précédent sur le site du CHPM. Les contraintes budgétaires imposées par l’ARS depuis plusieurs années ont entrainé une situation déficitaire de 315 000€ sur le pôle de la psychiatrie en 2014 (dernier chiffre). Autant dire que cela représente qu’une goutte d’eau sur un budget qui est de 34 millions € pour ce secteur.

Les conséquences de la fermeture des 26 lits de psychiatrie de Ty Dour et la fermeture de ROZ AVEL. 50 lits au total = 46 ETP supprimés ! ! !

La suppression des 46 ETP (roz avel et ty dour), n’influe pas sur les recettes puisque dans le système de la DAF, l’activité est comme « payée d’avance » et pérennisée par l’ARS d’après les propos de Mme le Directeur. C’est donc une diminution des dépenses, par les postes supprimés que la direction va pouvoir réaliser et faire une économie budgétaire de plus de 1.8 million €, ce qui servira à renflouer l’EPRD principal !!! En fait, le taux d’occupation des lits n’est qu’un prétexte !

La fermeture des 26 lits de TY Dour va créer une augmentation démesurée des cadences dans les autres unités de soins. Les équipes n’arriveront pas à suivre malgré tous leurs efforts. Il y a fort à parier qu’il y aura plus de patients que de places. Cette logique du tout économique n’est pas acceptable.

Pour SUD SANTE, la fermeture des lits ce sont des patients qui seront hospitalisés en dehors de leur service. Cela annonce un parcours de soins chaotique. Un patient pourra faire plusieurs services différents avant de se retrouver dans son unité de référence. Alors que beaucoup de pathologies psychiatriques sont des pathologies du « lien » et demandent une connaissance des patients par les équipes de soins nous créons institutionnellement et pour des raisons uniquement financières une difficulté supplémentaire pour soigner les patients.

Demain avec le risque d’engorgement, comment devrons-nous gérer les patients en crise très importante ? Y aura t’il un risque de ne plus pouvoir recevoir directement un patient dans le service sans passer par les urgences, sources d’angoisses majorées pour le patient.

En plus, la fermeture des lits pourra provoquer une saturation du service des urgences et de l’UHCD sur le CHPM. Les urgences auront peut-être à payer le coût de la fermeture de lits.

Pour la direction, le pôle de la psychiatrie s’apparente plus à un pôle à visée purement décorative, et de ce fait profite de la situation pour dépouiller ce pôle !!

Nous, agents du CHPM, nous ne pouvons pas accepter de faire les frais de cette gestion par des technocrates de directeurs qui appliquent froidement les mesures d’austérité décidées au plus haut niveau.

Nous ne pouvons accepter que l’austérité imposée nuise directement à nos missions de service publiques et à nos conditions de travail. C’est pourquoi il est impératif d’agir et d’établir un rapport de force à la hauteur de cette attaque.

C’est pour cette raison que SUD Santé demande l’annulation de la fermeture des 26 lits de Ty dour au 1 janvier 2017.

Publié le 2 avril 2016
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi