CH de Cornouaille : Année 2013 : refusons la dégradation des conditions de travail

Le centre hospitalier de Cornouaille terminait jusqu’à présent l’année en équilibre financier. Lors des vœux 2013, le directeur a annoncé que l’établissement avait un déficit de 550 000 €. Ça, c’est la première mauvaise nouvelle.

La deuxième mauvaise nouvelle est l’annonce faite par le ministre de la Santé de la baisse des tarifs hospitaliers. Qu’est-ce que cela signifie ? C’est très simple : quand l’hôpital fait un acte médical, la sécurité sociale lui verse de quoi financer cet acte. Les tarifs 2013 vont baisser par rapport aux tarifs précédents. Donc, pour que les hôpitaux aient le même budget ils devront soit dépenser moins, soit travailler plus.
La santé n’est pas une marchandise. Et nous ne sommes pas des producteurs de soins. Les patients ne sont pas des clients. Pourtant, les gouvernements les uns après les autres nous poussent dans une logique de marchandisation.

Quelles vont être les conséquences pratiques pour nous à Quimper ?

Les personnels ne sont pas responsables des difficultés budgétaires

En moyenne dans les hôpitaux, la part consacrée au traitement des personnels est de 70 % du budget. Vous imaginez bien quelle va être la variable d’ajustement pour réduire les dépenses. Comment ?

-  Déjà, dans plusieurs services, les contractuels ont vu la durée de renouvellement de leur contrat réduite. Comme cela la direction, en cas de dérapage des dépenses, pourrait ne pas reconduire une partie des contrats.
-  De plus en plus souvent, des contrats ne sont pas renouvelés en cas de mauvaise évaluation, même après plusieurs années de travail à l’hôpital.
-  Le nombre de remplaçants pour la période d’été pourrait largement diminuer. Lors de réunions pour les congés d’été dans les services, les collègues ont bien vu qu’on essayait de leur imposer un étalement des congés sur des périodes de plus en plus longues.

Pourtant ce n’est pas l’austérité pour tout le monde

En effet, la direction n’hésite pas à faire appel à des cabinets d’audit, très chèrement payés, dès qu’il s’agit de changer la moindre chose. Ainsi, c’est ce qui se passe pour la mise en place de la Communauté hospitalière de territoire (le regroupement avec Douarnenez, Gourmelen, Saint-Yvi et Pont-L’Abbé). Regroupement qui va avoir en plus des conséquences graves sur l’emploi.

Les contractuels au CH de Cornouaille subissent une précarité de plus en plus forte. Les titulaires partagent avec eux des conditions de travail qui se dégradent de jour en jour. La baisse des tarifs hospitaliers va aggraver cette situation dans les mois à venir.

Il y a deux possibilités face à cela :
- soit baisser les bras et subir sans rien dire ;
- soit refuser ces conditions de travail et se mobiliser pour exiger que les budgets hospitaliers soient à la hauteur des besoins.

Nos dirigeants oublieraient-ils que nous prenons en charge des patients ? De notre côté nous ne l’oublions pas.

Publié le 12 février 2013
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi