CH de Cornouaille. Comité d’hygiène sécurité et conditions de travail (CHS-CT) du 18 juin 2013

Fermeture de lits sur Concarneau

A la suite d’un article paru dans la presse locale, les représentants SUD au CHS-CT ont estimé que la direction de l’établissement devait apporter quelques précisions sur la fermeture de plusieurs lits dans le service de médecine à Concarneau. Le sujet est d’autant plus sensible que sans la ténacité du collectif de défense de l’hôpital de Concarneau avec le soutien de SUD Santé, nous ne savons pas où en serait aujourd’hui l’hôpital. En tout cas, les urgences auraient certainement disparu depuis plusieurs années.

Il y a quand même de quoi être surpris de voir ces lits fermés si tôt, le 17 juin. La direction a expliqué dans la presse que c’était dans le cadre des réorganisations de service chaque été. Normal quoi.

C’est d’autant plus drôle qu’une première note service, en date du 19 mars, annonçait les fermetures de lit de Concarneau pour le 12 juillet. Comme quoi, c’est certain que c’était programmé … Ah ah ah …

Enquête sur les plannings

A travers les résultats d’une enquête menée par des membres du CHS-CT auprès du personnel, les difficultés soulevées par les agents qui ont répondu à l’enquête ont une fois de plus été abordées :
-  rappel sur des repos ;
-  changements d’horaires ;
-  week-end travaillés.

Il faut noter que la médecine du travail se fait également l’écho de ces difficultés qui lui sont rela-tées durant les consultations.

A ces constatations, la direction répond par la mise en place des cycles de travail et donc un planning fixe. C’est bien, même très bien sur le papier.

Mais sans pool de remplacement cette solution n’est pas envisageable. Cela fait des années que notre organisation syndicale dénonce la mise en place des cycles sans personnel sup-plémentaire. Il suffit de constater les difficultés rencontrées par l’équipe de rééducation depuis sa mise en place pour le comprendre. De nombreux arrêts maladies non remplacés ont entrainé une désorganisation insupportable et des plannings inacceptables.

Si la direction souhaite réellement améliorer les conditions de travail, il lui faut remettre à plat les organisations ET augmenter le nombre de postes de travail.

Autonomisation du personnel de nuit

Dans la même logique, un des grands projets de la direction est la mise en place des plan-nings à cycle sur l’ensemble des services de soins.

La direction s’est rendue à l’évidence que l’élaboration de ces plannings était impossible si les personnels de jour continuaient d’assurer les remplacements RTT, CA, arrêts maladie, formation des personnels de nuit.

La seule solution proposée par la direction est l’autonomisation des équipes de nuit, avec la création de groupes de 4 unités de soins dans lesquels les agents circuleraient.

La direction a déjà bien travaillé sur le sujet et avancé son projet.

De notre coté, nous avons également travaillé sur l’amélioration des conditions de travail. Nous avons fait un questionnaire à l’ensemble des personnels. Les retours de ce questionnaire nous ont permis de relever les difficultés qui sont très souvent soulevées par les équipes de nuit. Voici quelques unes des nombreuses demandes :
-  Protection des femmes enceintes ;
-  Droit d’obtenir un temps partiel sans limitation (80%) ;
-  Possibilité de participer aux formations professionnelles ;
-  Faire un travail sur les transmissions à l’équipe de jour afin de diminuer les heures supplémentaires ;
-  Respecter la réglementation des horaires pour les agents alternant jour/nuit ;
-  Diffusion des plaquettes de prévention, fort complètes, réalisées par la médecine du travail ;
-  Distribution d’une collation ;
-  Adapter l’environnement lumineux, obtenir des fauteuils et des vestes polaires, …
Nous avons rappelé les perturbations et l’impact du travail de nuit sur la santé des agents. L’établissement est tenu à l’égard de son personnel d’une obligation de sécurité de résultat qui lui impose de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs.
Renforcement de l’équipe en médecine gériatrique
Grace à la mobilisation des agents et le soutien de deux syndicats (SUD et CGT) l’obtention de moyens supplémentaires est en bonne voie, mais c’est encore loin du compte pour rendre le travail dans ce service moins épuisant.

Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur cette réunion du CHS-CT ou si vous voulez que nous intervenions sur les conditions de travail dans votre service, n’hésitez pas à nous contacter.

Publié le 20 juin 2013
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi