CH de Cornouaille : on nous pique tout, on nous dit rien

Les budgets des hôpitaux continuent à être revus à la baisse. N’ayons pas d’illusions : les économies sont faites sur le dos des personnels. Le gouvernement, l’ARS, la Cour des comptes, les directions, ne sont jamais à court d’idées pour appliquer des mesures de rigueur ayant des conséquences extrêmement graves sur nos carrières, que nous soyons titulaires ou contractuels.

Voici quelques exemples de ce qui se fait au CHIC. La direction revient sur :

Les acquis sociaux :

- Suppression du jour de congé supplémentaire pour les agents ayant travaillé entre 10 et 20 dimanches et fériés (KR) par an : il s’agit d’un accord local obtenu en 2002 lors des négociations sur l’application des 35 heures.

- Suppression des bonifications d’ancienneté : Il s’agit de la suppression de la durée intermédiaire entre 2 échelons (obtenue par la lutte syndicale , il y a quelques années, et qui influe sur notre rémunération) . Elle semble actée alors que des promesses de concertations étaient prévues pour octobre. Perte an-nuelle de 350 € par agent en moyenne ! Soit en moyenne une perte de 15000 € dans la carrière ! Sans compter les conséquences sur les retraites.

- Passage en horaires atypiques sous couvert de réorganisation de services : 12h00, 9h30, et même 6 heures ! Ces organisations sont en réalité des mesures d’économie et non d’amélioration de la prise en charge du patient, encore moins de progrès dans les conditions de travail.

Les congés enfants malades :

Les conditions pour obtenir le congé garde-enfant deviennent draconiennes. L’administration refuse de plus en plus souvent ce congé tout à fait légitime et légal, alors même qu’il ne représente qu’un nombre infime de jours.

Le service public cède la place au secteur privé :

L’Ehpad d’Avel Ar Mor va être cédé à la Fondation Massé Trévidy. Ne rêvons pas, le statut des personnels et les conditions de travail vont empirer. Et ce n’est certainement qu’un début : les autres EHPAD suivront ! La direction se débarrasse des activités qu’elle juge non rentables.

Sud Santé dénonce depuis toujours cette dégradation progressive du statut de la fonction publique, des conditions de travail, des pertes financières pour les personnels. Il devient urgent de nous mobiliser pour refuser ces reculs.

Une situation vous inquiète ?...

Contactez-nous : poste 6428

Publié le 3 novembre 2015
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi