CH de Quimper. FUSION AVEC LE CHU ? Rien n’est encore joué. Ne laissons pas faire

Depuis la rencontre en octobre entre le CHRU de Brest et notre hôpital, nous savions que quelque chose se tramait. Même lors du dernier conseil de surveillance de l’hôpital, le directeur a nié l’évidence. La direction du CH de Cornouaille essaye de masquer l’avancement du projet de fusion en expliquant qu’il n’y a pas actuellement de solution privilégiée. C’est faux !

Dans un diaporama présenté aux médecins du CHRU de Brest le 11 janvier, il est écrit que l’objectif serait d’ « accroître le rayonnement du CHU vers le Sud ».

Le petit sera avalé par le gros

Quand la direction affirme que les projets de coopération se font dans le cadre de la loi, c’est également faux. La loi santé ne demande pas aux hôpitaux de fusionner entre eux.
La solution prisée par la direction est celle d’ « un GHT (groupement hospitalier de territoire) finistérien unique autour d’un CHU de BO (Bretagne occidentale) à construire à partir du CHRU de Brest et du CHIC de Quimper » et elle ajoute : « Le temps presse ».

Cette politique de concentration des hôpitaux est archaïque et contraire à l’intérêt des patients

Quand elle prétend en même temps n’avoir pas fait de choix définitif, c’est uniquement une technique de communication pour mettre les patients, leurs familles, les professionnels de l’hôpital et les élus locaux devant le fait accompli dans quelques mois.

Nous avons tout à perdre dans un projet pareil

Il ne faut pas les croire :

Qui s’était engagé à maintenir la chirurgie à Douarnenez ? Notre directeur. Quelques mois plus tard elle était fermée.

Qui a supprimé 185 postes dans l’hôpital qu’il dirige ? Le directeur du CHRU de Brest.
Alors quand on nous dit qu’il ne se passe rien, on peut leur faire confiance : ils préparent la fusion !

Les conséquences d’une fusion, si nous la laissons faire, seront catastrophiques :

-  pour les patients : risque de fermeture de services « en déficit », éloignement de l’offre de soins ;
-  pour le personnel : regroupement de services au CHRU (administratifs, achat, gestion du personnel, formation, …) ; perte d’emplois ; perte impor-tante d’acquis (RTT, déroulement de carrière, …) ; mobilité forcée pour les contractuels sur tous les sites (c’est ce qui se passe entre Brest et Carhaix).

Nous avons eu l’expérience de la fusion entre Quimper et Concarneau. Nous devons redouter, si leur projet aboutit, de voir Brest aspirer une partie de nos activités.

Ce tract est une première information. Le syndicat SUD s’engage à vous mobiliser pour que ce projet n’aboutisse pas.

Publié le 4 février 2016
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi