CHRU Brest : Compte rendu du CTE et de l’AG de la cavale blanche du 18 février

Aujourd’hui avait lieu le comité technique d’établissement à la cavale blanche. Lors de cette instance devait être abordé le dossier de la centrale de brancardage. Suite au dépôt d’un préavis de débrayage pendant le CTE. La Direction à déplacé l’horaire de celui-ci à 10 H30. Proposant à la place une rencontre avec les représentants du CTE. Cette direction a sciemment voulu saborder le préavis de grève et mettre les syndicats du CHRU en difficulté.

De ce fait, il a été décidé que l’ensemble des personnels présents (une centaine) allaient accompagner la délégation lors de cet entretien. Après l’intervention des représentants du personnel, les agents présents se sont exprimés et ont pu échanger avec la direction. Des problèmes de fond ont été soulevés dans certains services. Le DRH, Mr Dubois est resté droit dans ces bottes suite à ces échanges, en réaffirmant qu’il n’y aurait aucune création de poste concernant ce dossier.

La direction reconnaît que ce projet risque de mettre en difficulté certain service et va revoir sa copie au cas par cas. Ce qui est à notre avis inacceptable à ce jour.

Suite à cet échange, les trois syndicats (SUD, CGT, CFDT) et des salariés se sont réunis en assemblée générale. Il a été décidé dans un premier temps, qu’une demande d’audience auprès de Mr Cuillandre, président du conseil de surveillance et maire de Brest, allait être demandée. Et dans un second temps, qu’il y aurait peut être des actions communes, qui restent à définir.

Voici notre analyse de la situation, le projet doit voir le jour sur un établissement comme le notre. Le bémol est qu’actuellement la direction veut mettre ce projet à moyen constant. Nous pensons que la direction joue avec le feu en restant sur cette position. Le fait de dégager des moyens dans tous les services concernés par ce projet va complètement désorganiser ceux-ci et détériorer les conditions de travail, augmenter la charge de travail de plusieurs fonctions, et mettre en danger les patients à travers le risque d’augmenter les infections nosocomiales en ne respectant plus les protocoles de bio-nettoyage.

La direction doit dégager les moyens nécessaires pour créer un véritable pôle de brancardage. En espérant que la venue du Directeur de l’ARS le 6 février a été le moment pour Mr El Sair de demander des moyens. En aucun cas la masse salariale de l’établissement ne doit servir de variable d’ajustement. L’activité est en hausse depuis plusieurs années au CHRU et la direction doit avoir les mêmes priorités pour tous ces dossiers. Quand le directeur c’est aperçu qu’il perdait des millions d’€ a travers un mauvais traitement des codages de la T2A, il a créé 15 postes !!!! Aujourd’hui il doit avoir la même posture et créer les 29 postes de la centrale de brancardage.

SUD Santé Sociaux du CHRU Brest/Carhaix
Site : www.sudsante29.org portable : 0689857682 / 0607288785
sudsantebrest@gmail.com

Article du Télégramme :

Brancardage. Débrayage à La Cavale-Blanche

Le brancardage des patients hospitalisés se gère aujourd’hui dans chaque service. La direction du CHRU veut créer un service centralisé sans création de postes, projet qui a suscité, hier, un second débrayage à l’appel de trois syndicats.

Changement de ton, au CHRU de Brest. Jusqu’à présent, la presse était toujours admise lorsque les agents qui manifestaient investissaient une réunion, comme le conseil d’administration, autrefois, ou le conseil de surveillance maintenant. Mais hier matin, nous avons été priés par la directrice générale adjointe de quitter les lieux sans même pouvoir faire une photo de l’échange qui se déroulait avant un comité technique d’établissement (CTE). « C’est un signe du manque de démocratie qui règne aujourd’hui à l’hôpital », juge un syndicaliste.

Deux projets pour 44 agents

Une cinquantaine d’agents de l’hôpital de La Cavale-Blanche avaient répondu, hier matin, dans le hall, à l’appel à débrayage lancé par la CFDT, la CGT et Sud pour protester contre les conditions de mise en place du projet de brancardage centralisé, sans création de postes. « Deux projets se télescopent et aboutissent au prélèvement de 44 agents dans les services. Un concerne le circuit des déchets et l’autre, le brancardage qui va mobiliser 36 agents, dont 29 réels brancardiers, les autres étant occupés à la gestion. Cela va augmenter la charge de travail des soignants et des agents dans les services ponctionnés et diminuer la qualité du service rendu aux patients », indique Thomas Bourhis de la CGT. Déjà le 6 février, le personnel avait manifesté lors de la venue d’Alain Gautron, directeur de l’Agence régionale de santé de Bretagne. « Le projet prévoit d’enlever des postes d’aides-soignants (AS) et d’agents des services hospitaliers (ASH) dans les services pour créer ce brancardage centralisé. Mais comment faire avec moins de personnels ? Il faut que la direction prenne ses responsabilités et dise à quoi les soignants doivent renoncer. Elle laisse aux soignants et à l’encadrement la responsabilité du choix, précise Marie-Françoise Patinec de la CFDT. Le changement de direction a eu un impact négatif sur le dialogue social qui est devenu plus difficile ».

Un déficit à préciser

« Lorsque l’on parle de qualité des soins, la direction nous répond avec des arguments économiques, arguant que 350 postes ont été créés en six ans et que le déficit actuel du CHRU ne permet pas d’en créer plus », déplore Pascale Robardet, de Sud. Un déficit dont on ne connaît pas encore, à ce jour, le montant exact.

Source : Le Télégramme. 19 février 2014.

Publié le 19 février 2014
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi