Chic. Débrayage, à l’appel de Sud Santé pour réclamer des postes

À l’appel de Sud Santé, une quarantaine de personnels hospitaliers a débrayé, une heure, hier après-midi, dans le hall du centre hospitalier de Cornouaille. Le transfert du bloc chirurgical de l’Hôtel-Dieu de Pont-l’Abbé vers le Chic et la hausse de 13 % d’activité constatée, « suscite les plus grandes craintes », selon Jean-Paul Sénéchal. Il fait écho aux propos de Jean-Roger Pautonnier, directeur du Chic, qui a récemment rappelé que 26 créations d’emplois accompagnaient ce changement.

« Vingt-six postes ? On ne sait pas où. Ils sont disséminés un peu partout et globalement. Nous avons besoin de beaucoup plus ». Il se dit dans l’incapacité de chiffrer les besoins. « Mais c’est, au mieux, le double. Actuellement, le personnel s’auto-remplace. Dans l’unité "Urologie, tête et cou, traumatologie", ils en sont à 400 heures supplémentaires en à peine deux mois. C’est l’équivalent de deux postes, rien qu’en ce service ». En stérilisation, il y aurait déjà, selon Jean-Paul Sénéchal, plus de 100 heures sup. « Ce ne sont que des solutions à effectifs constants. Et pendant ce temps, ils payent des cabinets pour des audits sur l’organisation. C’est révoltant ! ». Sud envisage un nouveau rassemblement courant mars.

Source : Le Télégramme.

Débrayage à l’hôpital contre la réorganisation du pôle chirurgie

Une quarantaine de personnes ont débrayé pendant une heure en début d’après-midi. Elles dénoncent une dégradation des conditions de travail dans de multiples services.

Infirmiers, aides-soignants, agents, personnels administratifs... Une quarantaine de personnes ont débrayé de 14h30 à 15h30 à l’appel de Sud.

Par Adèle Morlet

Mardi, la direction du Centre hospitalier de Cornouaille invitait la presse pour faire le point sur le pôle de chirurgie publique mis en place depuis le 6 janvier dernier. Message officiel : c’est une réussite. Deux jours plus tard, une quarantaine de salariés issus de multiples services débrayaient pendant une heure. Message du syndicat Sud : les personnels sont au bord du burn out.

Depuis presque deux mois, il n’y a plus d’actes de chirurgie à l’Hotel Dieu de Pont-L’Abbé et (presque plus) à Douarnenez. Toute l’activité chirugicale est transférée au Centre hospitalier de Cornouaille, à Quimper. Ce nouveau pôle regroupe désormais une équipe étoffée composée de 50 chirurgiens et 16 anesthésistes. “C’est un challenge extraordinaire pour les équipes. Ca s’est bien passé”, estimait Rémy Bernard, le président de la Commission médicale d’établissement.

Ce regroupement s’est traduit par une augmentation d’activité de 13% en moyenne. “Nous avons créé 26 postes pour faire face au surcroît d’activité, notamment dans le service stérilisation. Je rappelle qu’on en a déjà créé 26 l’année dernière lorsque nous avons accueilli la maternité Saint-Michel-Sainte-Anne”, a précisé Jean-Roger Pautonnier, le directeur.

Jean-Paul Sénéchal, du syndicat Sud, juge ce chiffre insuffisant : “il en faudrait le double. Dans certains services, les équipes sont proches du burn out. Dans l’Unité tête et cou, traumatologie, urologie, ils en sont à 50 heures supplémentaires par semaine. Soit 400 heures depuis janvier. Cela équivaut à deux postes.” Le syndicaliste s’interroge sur l’audit de 325 000 euros annoncé par la direction : “Elle est persuadée qu’il suffit de réorganiser les services pour que ça marche. Mais non ! Il faut du personnel supplémentaire !” Le syndicat Sud envisage de faire remplir par chaque service un cahier de doléances. Un nouveau débrayage devrait intervenir après les vacances.

Source : Côté Quimper

Publié le 2 mars 2014
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi