Intersyndicale : mobilisation le 13 décembre 2011

A l’occasion de la journée de mobilisation du mardi 13 décembre 2011, l’intersyndicale CFDT, CGT, SUD des Papillons Blancs du Finistère appelle l’ensemble des salariés des IME Brestois à des débrayages.

Les conséquences du mode de gestion du secteur santé-social mis en place par l’ARS (Agence Régionale de Santé), et la signature de CPOM (Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens se font sentir négativement dans la prise en charge des enfants et jeunes accueillis, ainsi qu’au niveau des conditions de travail des salariés.
La rigidité des contraintes budgétaires, et l’obligation pour les établissements de respecter strictement les agréments pour le nombre d’enfants accueillis amène d’ores et déjà à une situation de blocage, compte tenu de sur-effectifs antérieurs à résorber.

Ainsi, à l’IME de l’Elorn, au Relecq-Kerhuon, l’effectif des plus de vingt ans sera de plus d’une trentaine à la fin 2012 si aucune solution n’est trouvée.

L’obligation faite par l’ARS de tenir strictement l’agrément de 139 sur L’IME et 57 pour le SESSAD ne permettra pas d’intégrer les enfants de Jean Perrin ou de tout autre horizon, lors de la prochaine rentrée.

JPEG - 203.8 ko

De ce fait, les jeunes de la section des grands de l’IME Jean Perrin qui préparaient sur deux ans un passage vers l’IMPRO de l’Elorn (pour la plupart d’entre eux), vont de façon à peu près certaine se trouver dans l’impossibilité d’intégrer l’IMPRO à la rentrée 2012, faute de places et donc être amenés à effectuer une année supplémentaire .

De même, les jeunes du SESSAD pour qui serait préconisée une orientation en IME risquent de se retrouver sans solution.

Par effet domino, les plus jeunes ne pourront pas être pris en charge ni par l’IME ni par le SESSAD et de nombreuses familles vont se retrouver sans solution de prise en charge adaptée à leur enfant. Ils risquent de se retrouver soit à la charge de leurs parents, soit en souffrance dans des écoles sans moyens d’accompagnement adapté.

Au printemps dernier, l’Association des Papillons Blancs fêtait son 50ème anniversaire, rappelant le but de sa création : permettre une prise en charge, un accompagnement et des soins adaptés à) des enfants qui alors ne trouvaient pas de place dans les écoles.
Si aujourd’hui la loi fait obligation aux écoles d’accueillir tous les enfants, force est de constater que, faute de moyens adaptés en milieu « ordinaire », certains enfants nécessitent des prises en charge et un accompagnement spécifiques.

Tout ceci sans parler des conséquences des restrictions budgétaires sur les conditions et la charge de travail, une pression quotidienne de plus en plus difficile à vivre, des exigences de plus en plus fortes envers les salariés pour un travail insatisfaisant sans vraiment de cohérence avec les projets établis avec les jeunes et leurs familles.
Des alertes nous parviennent aussi sur le « management » des établissements des Papillons Blancs, et sur le peu de souci de réagir aux questionnements des équipes.

Cinquante ans après la fondation des Papillons Blancs, on se retrouve avec des listes d’attente et des enfants et leurs famille en souffrance et sans solution.

C’est sur cette situation que nous voulons interpeller L’ARS, La MDPH, l’ADAPEI, La présidente de l’association, l’ensemble des parents et plus largement l’ensemble des acteurs du secteur médicosocial.

Intersyndicale CFDT-CGT-SUD. Jeudi 8 décembre 2011.

Publié le 8 décembre 2011
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi