Débrayage aux blocs opératoires du CHRU de Brest

Les blocs opératoires en grève contre des conditions de travail inacceptables

Le syndicat SUD Santé se félicite de la participation des agents du bloc, lors du débrayage du jeudi 3 mai sur le site de Morvan, avec plus de 20 % de grévistes. Une délégation de la cavale blanche était présente.
Les collègues ont diffusé un tract à l’entrée du site qui dénonçait leurs conditions de travail, rythme intense, pressions, absence de temps de pause, prise de repas très décalée, une tension très forte sur certains postes, absentéisme en augmentation, etc… Ces aggravations sont en partie dues à l’augmentation de l’activité de ces dernières années (+25% en 5 ans).

Pendant le débrayage, nous avons eu l’agréable surprise de la visite du DRH, Mr Dubois, qui a échangé longuement sur la situation des blocs. A l’avenir, devrons-nous déposer des préavis de grève pour que la direction vienne communiquer avec les salariés du CHU ?

Effet d’annonce, il se dit conscient des difficultés et de la dégradation des conditions de travail et nous a informé de la création de 17 postes dans l’ensemble des métiers du bloc, mais pas avant la fin de l’année. De plus, ces postes répondent en grande partie à des activités nouvelles. Il faut absolument que la direction mesure la maltraitance institutionnelle que subissent de plus en plus les agents du bloc (et de nombreux autres services du CHRU).

Distribution de tracts à l'entrée de Morvan

Sur le débrayage : nous dénonçons l’attitude de la direction envers les agents du bloc. Malgré le débrayage, le programme d’opération a été maintenu. Des agents ont terminé leur journée à 19 heures au lieu de 16 heures. En situation de grève, seule l’urgence doit être maintenue : le préavis sert justement à la direction pour s’organiser et ne pas être dans le délit d’entrave du droit de grève, comme cela a été le cas hier. Notre syndicat départemental avait écrit au directeur en ce sens. Cela n’a pas suffit. La prochaine fois, nous irons plus loin pour faire respecter le droit de grève. Nous sommes encore dans un pays démocratique.

Si le syndicat SUD a déposé un préavis de grève, ce n’est pas pour le plaisir d’agacer des directeurs ou des chirurgiens. Nous avons mieux à faire. Le manque de personnel a des conséquences directes sur la prise en charge des patients et sur les conditions de travail. Les premiers responsables des arrêts de travail sont donc ceux qui ont organisé ce manque de personnel.

Le projet doit être discuté dans les mois à venir, nous serons très vigilants à l’évolution de ce dossier, avec, aussi en ligne de mire la période estivale qui s’annonce comme tous les ans très difficile en matière de gestion de l’absentéisme.

Nous appelons l’ensemble des blocs à maintenir la pression envers la direction, afin que cette réorganisation soit faite rapidement et en réelle concertation avec les partenaires sociaux et les agents des secteurs concernés.

Votre service connaît des difficultés ? N’hésitez pas à prendre contact avec le syndicat SUD Santé.

Et voici l’article du Télégramme :


Un débrayage de deux heures à l’appel du syndicat Sud Santé a concerné les personnels des blocs opératoires du CHRU, hier, de 8h à 10h. Une distribution de tracts a eu lieu à l’entrée de l’hôpital Morvan. Une vingtaine de personnes se sont rassemblées devant le bâtiment 5, où se trouvent les deux blocs opératoires du site. Infirmiers de blocs opératoires (Ibode), infirmiers anesthésistes (Iade) et aides-soignants en grève voulaient ainsi dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail due à une augmentation de 24% de l’activité sur cinq ans, sans nouveaux effectifs.

« Des collègues de La Cavale-Blanche se sont aussi déplacés pour participer à ce débrayage. Le surcroît de travail entraîne de nombreuses heures supplémentaires. Il est fréquent de ne pas avoir le temps d’aller déjeuner, les équipes sont sous tension. Les absences ne sont pas remplacées, ou alors par du personnel qui n’est pas formé. Aujourd’hui, malgré le débrayage, dont la direction était avertie dès lundi, le programme d’opérations n’a pas été revu àla baisse », explique Pascale Robardet, du syndicat Sud santé.

« Il manque par exemple 1,5 poste d’Iade pour le bloc ORL-ophtalmo et des postes d’aide-soignante en salle de réveil ». La direction du CHRU annonçait hier un chiffre de 37 grévistes sur 140 agents employés ce jeudi dans les blocs opératoires. « L’activité a progressé de 4 à 6% par an depuis cinq ans dans les blocs opératoires, nous sommes conscients des difficultés et 17 postes vont être créés dans l’ensemble des métiers du bloc. Le projet va être discuté dans les deux mois qui viennent pour être mis en place avant la fin de l’année », a déclaré la direction.
4 mai 2012 - - Source : Le Télégramme -

Inédit : le DRH s'est déplacé pour discuter avec les grévistes. Un peu inquiet, M. le DRH ?

Publié le 4 mai 2012
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi