EHPAD de Chateaulin les Collines bleues : Le personnel n’en peut plus

Face aux inquiétudes suscitées par l’annonce du déficit de 600.000 € aux Collines bleues (notre édition du 5 janvier), le syndicat Sud Santé a rencontré le directeur départemental de l’ARS, lequel a apporté des « garanties ».

« Nous avons rencontré M. Mongeat, le directeur départemental de l’Agence régionale de santé (ARS), lundi. Il nous a assuré que ni l’existence des Collines bleues ni le projet de construction du nouvel Ehpad n’étaient remis en cause. Il garantit également que les salaires seront versés en temps et en heure », résume Jean-Paul Sénéchal, le délégué départemental de Sud Santé, seul syndicat représenté à l’Ehpad.

Sur les causes du déficit de 600.000 € (sur un budget de 6,3 m€), on en saura davantage lorsque les enquêtes de l’ARS et de la Chambre régionale des comptes auront été rendues publique. Pour cette dernière, sans doute pas avant de longues semaines, a-t-il expliqué au personnel. Néanmoins, ce dernier s’interroge sur certaines dépenses qu’il ne juge pas indispensables : « Pourquoi avoir embauché un cadre supérieur de santé, début 2016, quand tout marchait bien avant ? Pourquoi avoir multiplié de façon sidérante le nombre des vacations médicales, à partir de 2015 ? Pourquoi avoir acheté un échographe qui ne sert pratiquement pas. Pourquoi vouloir installer un cabinet dentaire ? ». Autre point litigieux : la non-réévaluation, depuis six ans, de la grille destinée à mesurer le taux de dépendance des résidents. « Ce taux est de plus en plus élevé. Or, il est conditionné à l’obtention d’un surcroît d’aides publiques.

Pourquoi, cette grille n’a-t-elle pas été revue ? Tout est invraisemblable dans cet établissement », pointe Jean-Paul Sénéchal qui, par ailleurs exerce à l’hôpital de Quimper. Les deux rapports précités éclairciront tous ces points et sans doute d’autres. Pour autant, le syndicaliste estime que les engagements de l’ARS sont plutôt « rassurants ». « Actuellement, les banques ne prêteront pas de l’argent pour le projet du nouvel Ehpad. Le panier est trop percé. Mais avec une bonne gestion, le déficit peut se résorber en quelques années ». Au-delà du coup de grisou qui agite Les Collines bleues, Jean-Paul Sénéchal n’oublie pas les souffrances au travail dont sont victimes les personnels de l’Ehpad. Ceux-ci les ont largement évoquées.
Manque de personnel

« On nous rappelle sur nos jours de repos, qui sont de surcroît raccourcis ; quand des collègues sont absents, ils ne sont pas remplacés ; des contractuels font trois week-ends sur quatre ; souvent, nous ne pouvons pas prendre de pause repas ; bref, on nous accorde peu de considération ». Les salariés estiment qu’il manque au moins une personne dans chacun des cinq services de soins, sans compter les services transversaux. « Mais comme on ne veut pas que les résidents en pâtissent, on prend sur nous. Mais jusqu’à quand pourrons-nous tenir ? ».

Source le télégramme

Publié le 13 janvier 2017
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi