Grève à Gourmelen

Lisez le tract de l’intersyndicale CGT-SUD

Toutes et tous en grève

Dans son communiqué de presse du 28 mars 2013 (article ci-dessous) Monsieur Bénard Directeur de l’epsm, réaffirme sa volonté de faire passer son plan d’économie (remis sur table lors de la CME et du CTE).

D’autre part nous trouvons déplacé d’associer la position de la CGT et de SUD au radicalisme. Ces deux syndicats sont des syndicats de salariés et font leur travail lorsqu’ils défendent les salariés, leurs conditions de travail, défendent la qualité du service public hospitalier et l’accès aux soins pour les usagers de ces services.

Est-ce être radical que de refuser de négocier un recul social historique qui impacterait sur les conditions de travail du personnel et sur la qualité des prestations offertes aux usagers ????????

Nous ne le pensons pas. C’est pourquoi nous appelons le personnel de l’EPSM à se mobiliser massivement le :

MARDI 2 AVRIL 2013 à 13h30 devant le SEDIAC et partir en cortège en direction de la DT-ARS, venelle de Kergos.

Monsieur BOURDON, Directeur de la DT-ARS a été sollicité par la CGT et SUD pour débattre de la situation de l’EPSM Gourmelen.

(Les médecins de l’epsm qui souhaiteraient s’associer à cette mobilisation sont bien évidemment les bienvenus).

Plan d’économies à Gourmelen. Le directeur ni à Sud ni à la CGT

Source : Le Télégramme. 28 mars 2013

La regrettable association d’une photo d’archives du directeur, Pascal Bénard, et d’une prise de position syndicale a émaillé la publication, dans Le Télégramme d’hier, d’un article consacré à un plan d’économies à l’EPSM Gourmelen. Toutes nos excuses à l’intéressé. Sur le fond du sujet, Pascal Bénard confirme « l’objectif absolu de résorber le déficit de 1 M€ (comptes à fin 2012) ». « Mon souhait, c’est de trouver, dans la négociation, une solution équilibrée qui permette à l’hôpital de fonctionner et aux personnels de s’y retrouver », signifie le directeur de l’établissement public de santé mentale. « Les syndicats CGT et Sud ont exprimé une agrégation un peu radicale des pistes, pas forcément cumulatives, que nous explorons pour réduire le déficit. Il est évident que le poste le plus impacté concerne les charges de personnel, qui pèsent pour environ 80 % dans les dépenses de l’hôpital. Mais nous allons rechercher différents leviers, à des degrés divers, pour parvenir à des économies », complète Pascal Bénard. Il entend en discuter, précise-t-il, « avec les instances, et avec les syndicats qui accepteront d’entrer dans la concertation ».

Publié le 28 mars 2013
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi