Hôpital. La mutualisation actée « avec vigilance »

Le conseil de surveillance de l’hôpital de Morlaix a voté, hier, l’entrée dans la communauté hospitalière de territoire (CHT). Le mot « vigilance » est aujourd’hui sur toutes les lèvres.

Sept voix pour, trois contre, et trois abstentions. C’est le résultat du vote qui invitait les membres du Conseil de surveillance, à se prononcer, hier, sur l’entrée du Centre hospitalier des pays de Morlaix dans la nouvelle communauté hospitalière du territoire (CHT), préconisée par la loi Hôpital santé territoire (HPST). Une CHT qui regroupe désormais, c’est officiel, les structures de Brest, Morlaix, Lanmeur, Landerneau, Lesneven et Saint-Renan, et va les inciter à « coopérer afin de mettre en oeuvre une stratégie et de gérer en commun certaines fonctions et activités », comme le rappelait récemment, dans nos colonnes, Richard Bréban.

« On va vers l’inconnu »

« Nous n’avions pas d’alternative, il fallait en passer par là pour entrer dans l’action. La réflexion va désormais se mener, filière de soin par filière de soin », assure aujourd’hui le directeur de l’établissement, qui insiste sur « la grande vigilance » dont chacun devra faire preuve. Pas de quoi rassurer les organisations syndicales (CFDT et Sud-Santé) qui se sont opposées à cette convention « à sens unique », proposée, disent-elles, « sans concertation et sans garanties ». « On va vraiment vers l’inconnu, avec le sentiment clair que le CHU de Brest mènera la barque », note le secrétaire de section Sud-Santé, Francis Landouar. Inscrit dans la loi HPST, la CHT a, pense le délégué, déjà prouvé qu’elle visait « à restructurer les établissements de santé ». « On a donc à craindre pour nos emplois, mais aussi pour la poursuite de spécialités comme la cardiologie, ou encore le maintien d’un directeur à Morlaix ». « De quelle autonomie l’hôpital de Morlaix va-t-il, au final, disposer pour décider de son avenir ? », s’interroge, pour sa part, le délégué CFDT Stéphane Postollec, qui s’avouait « amer » hier midi.

« La bataille sera rude »

Présidente du Conseil de surveillance, favorable à l’adhésion à la CHT, le maire de Morlaix Agnès Le Brun, se veut, sur le sujet, d’un optimisme forcené. « J’ai bien entendu les critiques, mais à quoi cela aurait-il rimé de rester seuls sur notre île ? La mise en place d’un partenariat actif va nécessiter des négociations, filière par filière. La bataille sera rude, certes, rien n’est scellé dans le marbre. Mais l’hôpital de Morlaix reste une entité juridique autonome, qui a de formidables atouts et un rôle fondamental à jouer sur le territoire ».

Un cas « atypique »

« On peut comprendre les craintes, termine le directeur, mais n’oublions pas que notre hôpital est un cas atypique sur le territoire. Il s’agit du seul, même si c’est à moindre échelle, à faire face au CHU de Brest. À nous de trouver un consensus intelligent ». Des propos rassurants que n’entendent pas les syndicats. Et Francis Landouar de soupirer : « Les directeurs passent, la loi reste. Ce que Richard Bréban fait dans le cadre de cette communauté hospitalière de territoire, un autre que lui, demain, pourra très bien le défaire ».

- Source : Le Télégramme - 25 juin 2011.

Publié le 25 juin 2011
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi