Hôpital. Une loi qui inquiète Sud-Santé

Sud-Santé s’inquiète des conséquences de la loi Hôpital, patients, santé et territoire, en matière d’emplois.

Pour le ministère de la Santé, cette loi HPST vise « à réorganiser le système de santé en replaçant le patient au coeur du système de soins. Cela passe par un recentrage des activités des hôpitaux avec une gradation des soins, l’hôpital de proximité pour les soins courants et d’urgence (HPST), les hôpitaux avec plateaux techniques pour les opérations chirurgicales et les grands centres de références, les CHU ». « Mais en attendant les décrets d’application de cette loi, on a appris, lors du conseil d’administration de l’hôpital de Morlaix (hier matin), que les directeurs d’hôpitaux du Nord-Finistère anticipaient déjà sur cette loi, s’insurge Francis Landouar, secrétaire de la section Sud-Santé de l’hôpital de Morlaix. Dans cette loi, on parle de communauté hospitalière de territoire. Il s’agit en fait d’un semblant de fusion d’établissements publics ».

700 à 900 emplois menacés

Pour le syndicat, « des services (obstétrique, urgences et radiologie) pourraient être remis en cause dans certains établissements. À terme, on risque d’avoir deux grands pôles : l’un à Quimper et l’autre à Brest, annonce Sud-Santé. Cette loi sera dévastatrice en terme d’emplois. 700 à 900 suppressions de postes sont annoncés en Bretagne, essentiellement dans les services administratifs et techniques. Et ce sont surtout les petits hôpitauxqui vont subir ces réductions d’emplois ».

« La mort de l’hôpital de proximité »

Selon Sud-Santé, « on assiste à une privatisation en douceur et on joue avec la santé de tout le monde ». Le syndicat « exige le retrait de la loi Bachelot, une loi qui provoquerait la mort de l’hôpital de proximité ». Le 16décembre, une rencontre est prévue avec le directeur de l’ARH (Agence régionale d’hospitalisation). Au sein même de l’hôpital, Sud-Santé déplore le projet de réorganisation prévue pour janvier2010, en médecine et en psychiatrie. Là aussi, le syndicat craint des suppressions de postes. Pour Francis Landouar, ce projet « est mis en place dans un contexte de restriction budgétaire ».

JPEG - 27.3 ko

V. Rolland, trésorière départementale, M.-H. Merdy, membre du bureau de la section de l’hôpital de Morlaix, et F.Landouar, secrétaire de la section locale.

24 octobre 2009 - Source : Le Télégramme -

Publié le 24 octobre 2009
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi