Hôpital de Quimper : des mesures inacceptables pour "maîtriser" les dépenses

Le syndicat SUD du CH de Cornouaille a tenu une conférence de presse sur les difficultés budgétaires et les orientations prises au CHIC.

Précision sur les primes des contractuels : si aucune menace ne pèse sur les primes des contractuels au CHIC, c’est uniquement jusqu’à la fin de l’année. Ensuite, il y a fort à craindre que ces primes soient rabotées comme dans un nombre de plus en plus important d’hôpitaux et demandons de retraites bretons. Le syndicat mobilisera les contractuels pour que de telles mesures iniques sont immédiatement abandonnées. Attaquer les revenus des contractuels au moment où 50 milliards d’euros sont distribués sans aucunes contreparties aux actionnaires est totalement indécent.

Les représentants SUD interviendront au prochain CTE pour expliquer notre refus total de voir les contractuels privés de primes.

Nous en reparlerons.

Le compte-rendu du Télégramme :

Hopital. Sud Santé s’inquiète d’un déficit prévisionnel à 1,4 M€

« L’activité de l’hôpital augmente légèrement en médecine-chirurgie-obstétrique, mais son déficit se creuse. En conseil de surveillance, on nous a parlé d’un déficit prévisionnel de 1,4 M€ en 2014 (NDLR : pour 200 M€ de budget d’exploitation) », s’inquiète Jean-Paul Sénéchal, du syndicat Sud Santé.

Chambre payante en pédiatrie.

« Ça se traduit par un plan de maîtrise des dépenses. On est d’accord sur la nécessité d’améliorer la codification des actes pour que l’hôpital soit mieux rémunéré dans le cadre de la tarification à l’activité. Mais on est en désaccord avec d’autres mesures : la chambre seule désormais payante en pédiatrie ou l’ajustement régulier de l’organisation de services selon leur activité, comme pour l’unité Urologie Tête et Cou Traumatologie en chirurgie », illustre-t-il.

« Rien de catastrophique ».

La direction relativise « l’importance du déficit prévisionnel dans un contexte général difficile », jugeant « qu’il n’y a rien de catastrophique et de définitif ». Son plan de maîtrise visait une économie de 3 M€ sur 2014-15.

Urgences psychiatriques.

Sud Santé estime « prématuré le basculement, à la mi-janvier, des Urgences psychiatriques de l’hôpital Gourmelen vers le centre hospitalier de Cornouaille ». « Sur les 1.640 hospitalisations enregistrées à partir de la clinique 10, à Gourmelen, 489 émanaient d’un passage à l’unité médico-psychologique du Chic, 304 d’une hospitalisation directe à Gourmelen et 847 d’un accès via les centres médico-psychologiques », rapporte Catherine Gloaguen. « Ça va représenter deux à trois passages supplémentaires par jour avec un renfort quotidien de temps infirmier limité à quatre heures et une simple astreinte de psychiatre. C’est insuffisant », assure Jean-Paul Sénéchal. La direction du Chic évalue « à un passage supplémentaire par jour la hausse de l’activité ». « L’EPSM Gourmelen s’est aussi engagé à réguler la disponibilité de ses lits d’hospitalisation en aval », assure Mathias Maurice, chargé de communication au Chic. Sud Santé se dit sceptique.

Primes maintenues.

Syndicat et direction s’accordent sur le fait qu’« aucune menace ne pèse sur les primes des contractuels ». Le premier considère cependant que l’hôpital abuse de l’emploi hors statut fonction publique : « 597 personnes sur 2.836 agents, dont 282 CDD sur des emplois permanents, c’est anormal » pointe-t-il.

Source : Le Télégramme. 19 novembre 2014.

Comme la CGT tenait de son côté une conférence de presse, voici le compte-rendu des deux conférences dans le Ouest-France du 19 novembre 2014.

Publié le 20 novembre 2014
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi