Hôpitaux. « Au bord de la crise de nerfs », selon Sud

Selon le syndicat Sud Santé, les hôpitaux du Finistère frôlent actuellement la saturation. Le déclenchement du plan blanc (*), hier, au centre hospitalier de Quimper, fait écho à leurs craintes. En début de semaine, le Centre hospitalier de Cornouaille rouvrait soudainement quarante lits pour faire face à l’afflux de malades. Selon Jean-Paul Sénéchal, de Sud Santé, les hôpitaux de proximité du département sont à la même enseigne. « Il y a un souci majeur de prise en charge des patients », assure-t-il. L’hôpital de Carhaix aurait enregistré, lundi, 53 entrées aux urgences, au lieu d’une trentaine habituellement. « Les lits en chirurgie viscérale ont été passés de 17 à 22 ». Il décrit une situation semblable à l’hôpital de Douarnenez où, entre les urgences, la médecine et la chirurgie, une vingtaine de lits ont été rouverts, « ce qui est énorme pour un hôpital de taille moyenne », continue-t-il.

JPEG - 24.3 ko

Personnels rappelés au pied levé

Francis Landouar, de l’hôpital de Morlaix, relate à son tour l’épisode survenu dans la nuit de lundi à mardi, d’un patient transféré par hélicoptère pour le service de réanimation. « Nous avons été obligés de rouvrir un lit. Ça peut paraître peu mais ça nécessite constamment deux personnels soignants », dit-il. Les exemples d’employés, rappelés au pied levé par leur direction, sont, selon eux, légion. « Les rappels sur les repos hebdos ou les RTT deviennent le quotidien des agents. Ils sont extrêmement tendus. La suroccupation devient la norme. Et l’épidémie de grippe n’est pas à son seuil maximum ».

Mouvement le 24 janvier

Sud Santé, qui craint qu’un drame semblable à celui survenu récemment à l’hôpital Bichat, à Paris, ne survienne dans le département, estime alors « indécent » de garder les urgences de l’hôpital de Concarneau fermées la nuit (depuis cet été, les malades doivent se rendre à Quimper). La mise en place du Plan blanc est aussi appelée de ses voeux. Elle allait devenir effective quelques heures plus tard au Centre hospitalier de Cornouaille (lire ci-dessous). Le syndicat appelle à une grève interprofessionnelle public-privé le 29 janvier prochain. Un mouvement « pour la défense des hôpitaux publics » est également prévu le 24 janvier. * Le plan blanc hospitalier est mis en place en cas de crise à caractère exceptionnel. Une cellule de crise, mise en place par le directeur, organise la coordination avec le Samu et les services d’urgences, le rappel de tous les personnels, réorganise la réouverture de lits, le report d’hospitalisations non urgentes...

9 janvier 2009 - Source : Le Télégramme -

Publié le 9 janvier 2009
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi