Hôpitaux. Sud Santé s’inquiète d’une nouvelle concentration

Sud Santé s’inquiète d’une nouvelle organisation hospitalière. Il estime que la fusion de Douarnenez et du Chic est en route et que l’Hôtel-Dieu va perdre des services. Pour le syndicat, l’emploi en souffrira.

L’organisation des soins en Cornouaille s’apprête à être resserrée. Antoine Perrin, directeur de l’Agence d’hospitalisation l’a annoncé. Sud Santé tire la sonnette d’alarme. « Les choses semblent se précipiter, dit Jean-Paul Sénéchal. Il y a eu en début de semaine la visite d’Antoine Perrin qui a appelé à une meilleure organisation des soins en Cornouaille et à la création de groupements de coopération sanitaire médical et logistique ». « Il n’est pas normal que les instances de décision que sont lesconseils d’administration nesoient pas au courant des projets, dit le militant syndical, membre du conseil d’administrationdu centre hospitalier deQuimper. Ce sont les technocrates qui décident ». Du coup, les « bruits » circulent. « Meilleure organisation voudra dire redistribution de services entre le Chic, l’hôpital Gourmelen, l’hôpital de Douarnenez, l’Hôtel-Dieu de Pont-l’Abbé dont les finances sont dans le rouge et qui intégrerait la nouvelle organisation territoriale ».

JPEG - 36.1 ko

Répercussions sur l’emploi

Pour Jean-Paul Sénéchal, la psychiatrie de l’Hôtel-Dieu pourrait être rattachée à l’hôpital Gourmelen. Pont-l’Abbé perdrait aussi la fabrication des chimiothérapies (2.000 préparations par an) qui serait transférée sur la pharmacie du Chic. « La création d’un groupement de coopération logistique impliquerait la concentration des moyens comme cela s’est déjà produit pour la blanchisserie interhospitalière. Ce serait le cas pour les commandes de matériel, la gestion des stocks, la gestion centralisée des personnels. Ce seront autant de pertes d’emploi pour Douarnenez ». « Les groupements sont là pour faire des économies, continue Jean-Paul Sénéchal. Comme le poste principal c’est l’emploi, qui représente entre 65 et 75% du budget annuel, c’est de là qu’elles viendront ».

Fermetures de services ?

Les syndicalistes sont alarmés par d’autres « signaux ». « Il y a des menaces de fermeture de blocs opératoires qui font moins de 1.500 actes par an, dit Jean-Paul Sénéchal. C’est le cas pour Douarnenez, qui risque de perdre sa chirurgie. On parle aussi d’une réorganisation des Smur. Il serait invraisemblable de retenir l’idée d’une présence une semaine à Douarnenez et Pont-l’Abbé en alternance comme on l’entend ». Pour Sud Santé, l’absorption de l’hôpital de Concarneau par le Chic préfigure ce qui va se passer pour Douarnenez. « Nous allonsvers une fusion de faitqui aura des conséquences sur l’emploi, dit Jean-Paul Sénéchal. Il est anormal qu’il n’y ait pas ungrand débat public sur ces questions ». Ce débat est d’autant plus important que la Cornouaille fait partie des 42 territoires d’expérimentation de la loi Bachelot.

Ronan Larvor

21 novembre 2009 - Source : Le Télégramme -

Publié le 21 novembre 2009
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi