Hôpitaux publics. Sud s’inquiète des déficits 2011

Le syndicat SudSanté 29 s’alarme des conséquences des déficits prévisionnels 2011 sur l’équilibre des hôpitaux publics en Bretagne.

« Sauf à augmenter leur activité de façon considérable, nous voyons mal comment les hôpitaux publics bretons, dont certains services sont d’ailleurs déjà en tension pour les personnels, vont pouvoir résorber leurs déficits prévisionnels 2011 », pointe Jean-Paul Sénéchal (Sud Santé). Car les hôpitaux doivent faire face à une double difficulté. Primo, « l’enveloppe nationale allouée à leurs missions d’intérêt général (MIG) est amputée de 400millions d’euros », rappelle le leader syndical. Secundo, « la généralisation de la convergence de la tarification à l’activité entre cliniques et hôpitaux tire les tarifs vers le bas, alors que cetteT2A est devenue la principale source de financement des établissements publics de santé », commente le syndicaliste.

Sud Santé en a cité, hier, les conséquences prévisibles pour deux hôpitaux finistériens. « La convergence devrait faire perdre, cette année, 1MEUR au centre hospitalier de Cornouaille (Quimper-Concarneau) », estime Jean-Paul Sénéchal. Le directeur, Jean-Roger Pautonnier, situe « le décrochage à 800.000 EUR, soit 0,8% de 100millions d’euros ». « La régulation prix-volumes est telle que plus on fait d’activité plus les prix baissent. Et la baisse des tarifs dans des activités comme la chirurgie ne nous permet plus de compenser les activités lourdes forcément déficitaires, comme la pédiatrie, les urgences, la réanimation (etc.) », constate le chef d’établissement. Dans le même temps, le déficit prévisionnel du CHIC est évalué à 550.000 EUR en 2011 pour un état des prévisions de recettes et de dépenses (EPRD) envisagé à 235MEUR. « Mais la situation peut évoluer. Nous espérons notamment un dégel de l’enveloppe MIG. La Fédération hospitalière de France agit en ce sens », insiste Jean-Roger Pautonnier.

Du côté du centre hospitalier de Morlaix, Francis Landouar (Sud) évoque une perspective « de déficit global de 277.000 EUR en 2011 pour un EPRD de 127MEUR, alors que l’hôpital était excédentaire de 3MEUR en 2010 ». Il redoute, en écho, que la convergence des tarifs réduise de « 420.000 EUR les recettes de l’hôpital ».

- Source : Le Télégramme - 28 juin 2011

Publié le 28 juin 2011
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi