IME. Sud-Santé « révolté » Ménard sollicité

Le syndicat Sud-Santé sociaux de l’IME de Carhaix a réagi vivement, au lendemain de la rencontre entre une délégation de parents d’élèves de l’IME et l’inspection d’académie, jeudi soir (voir notre édition d’hier). « Ce refus de revenir sur la suppression de deux postes d’instituteurs (IME de Carhaix et Morlaix) est tout simplement révoltant et méprisant ». Pour le syndicat, « la volonté de l’État est claire : moins de moyens pour le handicap=casse d’un service public compétent et adapté. En période d’économies budgétaires, le handicap est également dans le collimateur du gouvernement.

Face à ces attaques répétées, le syndicat appelle à une large mobilisation : parents, professionnels, syndicats et politiques, pour défendre une éducation adaptée et efficace dans les IME ». Du côté des parents d’élèves, une délégation devait rencontrer le député Christian Ménard, hier soir, afin de solliciter son intervention. « Le député s’est engagé à défendre notre cause. Il a estimé que notre dossier était tout à fait défendable », résume Jacques Michel, secrétaire de l’APE.

21 mars 2009 - Source : Le Télégramme -

Fermeture de poste. Colère des syndicats de l’IME

11 mars 2009

Dans un communiqué commun, les syndicats CGT, CFDT, Sud Santé Sociaux et SNUIPP FSU, de l’IME de Carhaix, font part de leur sentiment d’incompréhension, de colère et d’injustice, « après avoir appris la décision de l’inspection académique du Finistère de fermer dès la rentrée prochaine, un poste d’enseignant sur les six que compte actuellement l’établissement. « Incompréhension. Parce qu’avec 90 élèves inscrits pour l’an prochain et une liste d’attente établie à partir des orientations de la Commission départementale d’autonomie (CDA), cette mesure est une menace pour l’organisation de la scolarité des élèves accueillis. Colère.

Parce qu’après avoir obtenu le maintien du poste de directeur pédagogique initialement visé par une mesure de fermeture, il apparaît que la suppression d’une classe ressemble fort à un tribut que l’IME devrait verser coûte que coûte à la politique d’économie imposée par le ministère de l’Éducation Nationale. Injustice enfin. Parce que si les discours officiels prétendent "mettre au coeur des dispositifs l’intérêt de la personne handicapée", dans les faits, on dresse de nouveaux obstacles à son intégration scolaire, sociale et professionnelle », écrivent les syndicats. Ces derniers demandent « avec force » à l’inspectrice académique de revenir sur sa proposition de fermeture de classe pour l’an prochain et de maintenir l’ensemble des postes d’enseignants.

Publié le 11 mars 2009
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi