Je suis contractuel, j’ai le droit au respect comme les autres agents ! !

Depuis quelques semaines, nous avons une recrudescence de remise en cause des contrats de travail en CDD au CHPM, la direction pousse de plus en plus de contractuels à démissionner. La recherche obsessionnelle de la direction à transformer le CHPM en une usine à produire des actes, la direction utilise certains contractuels à usage unique, comme le matériel ! ! !

Aujourd’hui, il y a plus de 320 contractuels au CHPM.

Alors, pourquoi pousser les agents à démissionner ? Les contrats de travail doivent être respectés, tant sur la durée et l’affectation. Des contrats flexibles, corvéables, sous rémunérés pour certains, précarisent encore plus les agents. La précarité est elle un passage obligé au CHPM ? Nous savions que la masse salariale servait de principal poste de réduction des dépenses, mais à ce point-là ! ! !

En aucun cas vous ne devez accepter de démissionner, la seule voie légale qu’a la direction pour interrompre un contrat de travail est le licenciement.

Voici les modalités à savoir :

Aucun licenciement ne peut être prononcé lorsque l’agent se trouve en état de grossesse
médicalement constatée ou en congé de maternité, d’adoption ou de paternité ou pendant une période de 4 semaines suivant l’expiration de ces congés.

Lorsque l’autorité signataire du contrat envisage de licencier un agent contractuel, elle doit, avant toute décision, convoquer l’intéressé par lettre recommandée ou par lettre remise en main propre contre décharge, en lui indiquant l’objet de la convocation.

Au cours de l’entretien, l’employeur est tenu d’indiquer le ou les motifs à la décision envisagée et de recueillir les explications du salarié. Lors de cette audition, l’agent contractuel peut se faire assister par une ou plusieurs personnes de son choix.

La décision de licenciement doit être notifiée par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, précisant le ou les motifs du licenciement et la date à laquelle celui-ci doit intervenir, compte tenu des droits à congés annuels restants à courir et de la durée du préavis.

En cas de licenciement des agents recrutés en C.D.I. ou ceux en C.D.D. dont le contrat
est rompu avant le terme fixé, les intéressés ont droit à un préavis de :
- 8 jours pour les agents qui ont moins de 6 mois de service ;
- 1 mois pour ceux qui ont au moins 6 mois et au plus 2 ans de service ;
-  2 mois pour ceux qui ont au moins 2 ans de service.

Si vous devez faire face à ce genre de chantage , il ne faut pas rester seul, contacté nos délégués le plus rapidement. Nous vous accompagnerons et ferons valoir vos droits en tant que contractuels. La direction doit respecter les contrats de travail, un non-respect engage la responsabilité du directeur.

Contactez-nous au Poste : 74.89

Publié le 19 mai 2013
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi