Jour de carence. Le hold-up de l’année au CHPM !!!

Présentation en CTE des modalités d’application du jour de carence.

Voici nos commentaires sur le hold-up de l’année !!!

En instaurant, pour les fonctionnaires, une journée de carence en cas de congé maladie. Le directeur du CHPM ne nous versera aucune rémunération, à chaque premier jour d’un CM !

La circulaire détaillant la forfaiture est sortie fin février. Elle précise que cette décision ne s’applique pas, ni aux congés de longue maladie et longue durée, ni aux congés patho pris après une maternité (mais avant, oui), ni à la prolongation d’un arrêt de travail (ou si la reprise n’a pas excédé 48 H), ni aux AT. Dans le cas d’un arrêt de plusieurs jours, elle interdit la compensation de ce jour de carence par l’octroi d’un jour de congé (pour ceux qui voudraient échapper à la « sanction » financière).

Ce passage à l’acte est insupportable, pour plusieurs raisons :

De manière éthique, il encourage le chacun pour sa gueule (t’es malade, tu payes ou tu bosses en contaminant les autres) et démantèle, un peu plus, le système de la sécurité sociale basé sur la solidarité ;
C’est une atteinte au pouvoir d’achat, dans une période où les salaires sont gelés, les cotisations retraites en hausse, ainsi que la TVA ;

Dans la Fonction Publique Hospitalière, ce jour de carence punitif intervient dans un contexte où le droit aux congés, hors maladie, n’est pas respecté, à cause du manque d’effectifs. Les RTT et CA s’accumulent, notamment sur les CET, dégradant toujours plus les conditions de travail ;

C’est nous prendre pour des cons. Le gouvernement s’appuie sur un trou (celui de la sécu) et une vertu (l’équité), pour justifier sa mauvaise action. Or la sécu est malade de ses recettes et non de ses dépenses. Les « carences » patronales (exonérations de cotisations sociales, fraudes sur les AT, dettes, …) s’élèvent à plus de 25 milliards d’euros ! L’équité est invoquée par rapport aux salariés du privé, qui ont 3 jours de carence (c’est la violente réalité dans les petites entreprises, pas dans les grosses qui majoritairement prennent à leur charge ces 3 jours), mais pas pour faire payer les plus riches qui dorment, tranquilles, dans leur niche (fiscale) dorée, ni les gras actionnaires non carencés ;

Cela nous condamne à une quadruple peine :
_On ne choisit pas d’être malade. Pour réduire les congés maladie, il faudrait plutôt agir sur les conditions de travail, dans une période où les MST (Musculo-Squelettiques Troubles) et les RPS (Risques Psychosociaux) explosent.

Ce jour de maladie non payé, impactera aussi le montant de la prime de l’agent malade ;

Il y aura une incidence, à la baisse (chouia) sur le calcul de la retraite ;

La prime de l’ensemble des agents sera diminuée. En effet, la masse salariale sur laquelle est calculée la prime de service sera amputée de la somme correspondant aux journées de carence de l’année. Les premières estimations indiquent une baisse pouvant aller jusqu’à 100 Є par agent ?

Le pouvoir choisit clairement d’opposer le secteur public qu’il qualifie de "protégé" au secteur privé qu’il considère comme "exposé". Nous ne devons pas tomber dans ce panneau grossier.

Conseil de SUD : si vous êtes patraque, pour un arrêt d’une journée, prenez un jour de congé, sous peine de perte de salaire (65 à 130Є en moins, selon votre paye, à chaque fois).

Conseils bêtes pour une mesure stupide :

• Mieux vaut s’arrêter 10 jours d’affilés que 10 fois un jour !
• Tout CM va vous faire perdre de l’argent et donc vous déprimer. Cela justifie une prolongation de votre arrêt !
• Bossez avec la gastro. Vos collègues et les patients pourront remercier la journée de cas rance !
• Si votre local de travail est chauffé comme un congélateur ou s’il est surchauffé comme…, faites passer votre rhume en accident de travail !

Une mobilisation locale et nationale va être nécessaire :

Localement, pour que la direction du CHPM prenne des mesures sociales, évitant au maximum les baisses salariales induites par la journée de carence, et notamment : pas touche au montant de la prime de service !

Nationalement, parce que ce texte doit être abrogé. Ces mesures sont injustes. L’équité serait d’aligner le privé sur le public, et plus simplement de supprimer ce délai de carence, qui stigmatise les malades et les attaque au portefeuille.

Le plus révoltant est que ceux qui nous font la morale, sont des nantis, blindés de tunes et d’avantages divers, qui se font soigner dans des cliniques à trois étoiles dans laquelle ils ne seront jamais contrôlés par un médecin inspecteur ! Ces vautours, carencés côté humanisme, lorgnent déjà, avec gourmandise, sur le « privilège » des fonctionnaires malades, touchant la totalité de leur salaire pendant 3 mois en cas de CM !!

Stop !

Publié le 13 avril 2012
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi