Jour de rentrée ... à l’EPSM Gourmelen

Pour certains, les cartables sont prêts…

Les dossiers clos et « bien ficelés », fruits des devoirs de vacances accomplis dans la plus grande concertation.

Illustration de la conception du dialogue social à l’EPSM (lol) !

Pour exemple :

Note d’information du 8/08/14 : Suppression pour certains personnels (travaillant en CAMP ou HJ) des indemnités pour « travaux dangereux, incommodes ou salissants » sur recommandations du rapport de la CRC.

Preuve encore une fois de la méconnaissance absolue de la réalité du travail de terrain effectué par les personnels travaillant en extra hospitalier !

Au fait, n’oubliez pas de réclamer votre « dû » quand vous allez faire des remplacements dans les services d’admission…ainsi que les frais de déplacement si toutefois votre résidence administrative n’est pas sur Quimper.

Transformation de l’accueil/urgence en UAR avec redéploiement des personnels infirmiers sans réponse favorable à leurs choix d’affectation ou sans prise en compte de leur projet professionnel comme cela avait été dit lors de la réunion entre les personnels de l’accueil et la DSSI. De plus avec des modifications des postes soignants en postes « reclassés » avec une amplitude horaire de 12 heures !!!
Alors que le travail en 12 h est illégal dans la FPH, et de surcroit, il s’agit de glissement de fonction.

SUD ne fera pas sa rentrée au CTE demain 3 septembre …, non pas pour faire le CTE « buissonnier », mais pour respecter l’engagement pris suite au vote de l’AG du 10 juin 2014 qui s’était prononcé pour le boycott des instances, au regard du peu de considération de la parole des représentants du personnel.

Au lieu de faire de la « figuration » au nom du dialogue social qui souvent se révèle être un monologue stérile, SUD restera (ré)acteur de terrain, pour soutenir les équipes et mobiliser les personnels pour défendre la qualité des soins et dénoncer une gestion incohérente au mépris des personnels et des patients.

Pour exemple :

- Des services qui ont fonctionné certains jours uniquement avec des personnels remplaçants des autres services du pôle, voire d’autres pôles, sans forcément connaitre ni le fonctionnement du service, ni les patients. Comment soutenir la qualité et la continuité du soin devant cette réalité ?
- Sans parler des agents (contractuels ou pas) à qui l’on fait jouer la chaise musicale pour combler les trous des plannings… pense t’on encore le soin en psychiatrie ???

Ils ne pensent qu’aux sous, on pense qu’aux soins !!!!

Publié le 4 septembre 2014
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi