Le personnel du CHRU sous tension !!!

La situation budgétaire du CHRU de Brest fait apparaître un déficit prévisionnel de 8,7 M€ pour 2014. Une réorganisation semble inévitable, ce qui inquiète fortement le syndicat Sud Santé Sociaux.

Les représentants de Sud Santé Sociaux ont demandé, hier, une entrevue avec la direction du CHRU.

En juin, l’Agence régionale de santé (ARS) a tiré la sonnette d’alarme et imposé qu’un plan d’économie soit mis en place. Depuis, c’est le silence.
« Le personnel est parti en vacances la boule au ventre. Et revient avec la même boule au ventre, confie Pascale Robardet, secrétaire du syndicat.

Dans tous les services, les tensions sont palpables. Tout le monde parle de licenciement. Et chacun se demande si ça ne va pas lui tomber dessus ».
Depuis 2010, l’activité et le taux d’occupation du CHRU ne progresseraient plus. Et le rapprochement de Pasteur et Kéraudren dans le privé n’arrangerait pas les choses. Ce qui expliquerait un déficit prévisionnel de 8,7 M¤ et la volonté de fermer les robinets pour redresser la situation.

Des investissements ont, d’ores et déjà, été retardés et des ajustements de charges auraient été imposés par l’ARS.

Un total de 168 postes gelés Selon Pascale Robardet toujours, « la direction serait restée très évasive sur ses pistes de réorganisation ».
On parlerait de 150 postes gelés dans le secteur paramédical (sur 6.500) et 18 dans le secteur médical (sur 720).

Ce qui, pour Sud Santé Sociaux, « cacherait un plan social déguisé, même si la direction s’en défend ».

Quel impact sur les différents pôles ? Les représentants syndicaux affirment ne pas avoir obtenu de réponses claires. « C’est un montage en dentelle qui semble se dessiner sur fond de mobilité interne et de mutualisation des personnels.
Et malgré tout, selon nos calculs, cela ne serait pas suffisant pour redresser la barre.

On craint donc que la direction ne s’attaque aussi aux primes de veille des contractuels et aux évolutions de carrière, en modifiant les grilles indiciaires ».

Assemblée générale mercredi

Autre inquiétude du syndicat : « Qu’ils remettent en cause la crèche hospitalière, qui coûterait 400.000 ¤ par an mais qui ne serait pas utilisée à plein, et qu’ils externalisent certaines missions techniques et logistiques ».

Un comité technique d’établissement est programmé le 23 septembre et un conseil de surveillance le 25. Sud Santé Sociaux, lui, se réunira en assemblée générale mercredi, pour décider d’éventuelles actions. La CFDT, la CGT et FO ont été invités à le rejoindre.
(source le télégramme)

Publié le 6 septembre 2014
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi