Les syndicats demandent « de la transparence »

Discrets jusque-là, les syndicats des Genêts d’or sont sortis de leur réserve, hier, pour exiger que cesse le conflit qui « décrédibilise » l’association. Ils comptent sur le groupe de travail pour faire toute la lumière sur la crise.

« Il y a de quoi s’inquiéter. On est en train de flinguer l’image des Genêts d’or ». Révélé en fin de semaine dernière, le malaise qui règne au sein de l’association a provoqué la réaction de l’intersyndicale CFDT-Sud-FO, hier après-midi. « Ce conflit de personnes pour déterminer qui a le pouvoir sur qui entre le président et le directeur général décrédibilise les 1.400 salariés (1.200 en CDI, 200 en CDD) et les 2.000 usagers », soulignent les représentants du personnel, qui craignent que cette crise ait des répercussions au niveau des financeurs, dans « un contexte de fortes contraintes budgétaires ».

« Ne pas mettre la poussière sous le tapis »

Après une entrevue avec le président il y a quelques jours, les syndicalistes ont rencontré, hier matin, le directeur général. « Les deux parties ont été convaincantes. Chacun a fait la démonstration de la justesse de son action », indiquent les syndicats. « Maintenant, c’est au groupe de travail qui s’est mis en place (*) de trouver une solution à ce conflit. Il présentera son rapport au conseil d’administration le 26mai. On demande qu’il détermine clairement les attributions du politique et de l’exécutif. Et on espère qu’on aura écho des conclusions, que cela se fera dans la transparence. On exige que le conseil d’administration ne mette pas la poussière sous le tapis. On veut avoir les raisons de cette mise à pied ».

« Impossible qu’ils travaillent ensemble »

En attendant, l’intersyndicale s’inquiète que le politique soit affaibli après le vote qui a levé, et de manière très large (16 voix pour, six abstentions, un contre), la mise à pied du directeur. « Le président et son bureau ont été mis en minorité. C’est préoccupant, ça ne peut pas durer. On a assez souffert de la crise de 2001, quand l’exécutif avait pris un excès de pouvoir sur le politique. Nous défendons le statut associatif des Genêts d’or. Au conseil d’administration de reprendre les choses en main ». Avec Prigent Colin à sa tête ? « Comme il est impossible qu’ils puissent continuer à travailler ensemble, il faut que le président ou le directeur, voire les deux, s’en aille. Et peut-être même avant l’assemblée générale de juin prochain, car tous les projets sont gelés ».

* Il comprend deux parents, deux salariés, deux usagers et deux externes à l’association.

R.T.

JPEG - 24 ko

De gauche à droite : Marie-Ange Manchec (FO), David Castro (CFDT), Dominique Abiven (CFDT), Gilles Méar (Sud), Francis L’Haridon (CFDT) et Pascal Fily (CFDT).

6 avril 2011 - Source : Le Télégramme -

Publié le 6 avril 2011
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi