Menaces sur les urgences psychiatriques à Quimper

Quel est l’avenir des urgences psychiatriques à l’hôpital Gourmelen ? Le contenu d’un document inquiète Sud.

Il s’agit d’un livret d’accueil. Un document que tout patient reçoit lorsqu’il est hospitalisé. L’hôpital psychiatrique Etienne-Gourmelen vient d’en publier une nouvelle édition. Outre les informations pratiques, on y trouve un encart qui fait réagir le syndicat Sud. « Urgences psychiatriques (24 h/ 24h), UMP, 16, avenue Yves-Thépôt ». Suit un numéro de téléphone. L’UMP est l’unité médico-psychologique, un service de l’hôpital Laennec. « Cela signifie que, désormais, toutes les urgences psychiatriques passent par le centre hospitalier. Que deviennent les urgences psychiatriques de l’hôpital Gourmelen ? » questionnent Jean-Paul Sénéchal (Sud Laennec) et Patrice Houart (Sud Gourmelen).

JPEG - 41.3 ko

« Question de lisibilité »

Les syndicats n’apprécient pas d’être mis devant le fait accompli. « Une concertation est ouverte sur le projet d’établissement 2012-2016 à Gourmelen. On découvre que les décisions sont prises avant même la fin des discussions. » Surtout, Sud est opposé à cette évolution. « Les urgences de Laennec sont déjà saturées. Jusqu’ici l’UMP ne traitait que les urgences psychiatriques avec des aspects somatiques ». Dans le cas, par exemple, d’une tentative de suicide quand il faut d’abord assurer des soins physiques. « Si ce service reçoit en plus toutes les urgences psychiatriques, on imagine la cohabitation difficile avec les autres patients. Sans parler du délai pour être reçu. »

A l’hôpital Gourmelen, on tente de déminer le terrain. « Dans ce livret destiné au grand public, nous avons souhaité éviter la confusion en proposant un seul numéro de téléphone » argumente Michel Le Bras, attaché d’administration à la direction générale. C’est une question de lisibilité. Nous précisons d’ailleurs que, en journée, il faut s’adresser au centre médico psychologique le plus proche du domicile. Il n’est pas question que tout arrive sur Laennec. » Reste qu’une réflexion en cours. « Il n’y aura pas tout d’un côté et rien de l’autre. Les urgences psychiatriques de Gourmelen pourraient devenir une unité d’appui et de régulation. »

Ce projet ne satisfait pas Sud. Selon le syndicat, les urgences psychiatriques de Gourmelen sont bel et bien menacées.

Source : Ouest-France, 21 mars 2012

Publié le 23 mars 2012
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi