Perharidy. Une rencontre à la sous-préfecture

Hier après-midi, la direction et les représentants syndicaux du centre médical de Perharidy ainsi que les élus locaux ont été reçus par le sous-préfet de Morlaix, Philippe Beuzelin, dans les locaux de la sous-préfecture. La discussion a porté sur la réforme du financement des activités de soins qui doit entrer en vigueur à partir du 1e r mars. D’ici cinq ans, cela entraînerait une réduction de 33 % du budget de l’établissement de Perharidy, et donc une probable fermeture du centre médical si la réforme est maintenue en l’état. « Tout le monde était d’accord pour dire que la fermeture serait une catastrophe », constate Jean-Paul Sénéchal, secrétaire départemental du syndicat Sud-Santé du Finistère, après la réunion.

Les représentants syndicaux de Sud-Santé, la directrice de Perharidy et des élus locaux ont fait part de leurs craintes au sous-préfet de Morlaix, Philippe Beuzelin.

Un établissement en danger

La Bretagne dispose de plusieurs établissements ultra-spécialisés qui peuvent prendre en charge des pathologies spécifiques comme la mucoviscidose ou la maladie des os de verre. Parmi eux, il y a le centre de Perharidy de Roscoff, mais aussi Kerpape à Ploemeur (56) et Saint-Yves à Rennes. La réforme vise à aligner leur budget sur celui des établissements polyvalents. « Il y aurait aussi des conséquences socio-économiques si le centre fermait, car plus de 600 salariés y travaillent et deux fois plus d’emplois indirects en dépendent », alertent les représentants syndicaux.

Des actions prévues dans les semaines à venir

« Si on ne se défend pas assez, cela risque d’être un Gad sanitaire pour la région », renchérit Jean-Paul Sénéchal. Pendant la réunion, le discours a été unanime et les maires du secteur (Roscoff, Santec...) se sont montrés très concernés. « On remarque également des signaux de soutien de la part de la population », se félicitent les représentants syndicaux. Une marche-manifestation devrait être organisée à Roscoff dans les semaines à venir.

Source : Le Télégramme

Publié le 10 février 2017
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi