Quimper. La réorganisation des urgences psychiatriques en cause

Les syndicats CGT et SUD appellent les personnels à se rassembler vendredi devant la salle du conseil de surveillance pour protester contre la fermeture des urgences de Gourmelen et le transfert de l’activité en douce aux urgences du CHIC.

Les discours lénifiants des deux directions qui nous disaient mais non, mais non servaient de leurre. Contrairement à leurs affirmations, les urgences sont bien remises en cause. Et le patient là-dedans ? Les deux syndicats sont bien décidé à ne pas laisser faire.

Tous et toutes au rassemblement vendredi.

Voici l’article du Ouest-France qui présente la conférence de presse tenue mardi 26 juin 2012.


Yannick Milin, secrétaire CGT à l’hôpital Gourmelen et Patrice Houart, secrétaire Sud Santé à l’hôpital Gourmelen.

Ouest-France

La réorganisation de l’accueil d’urgence de l’hôpital Gourmelen de Quimper (Finistère), dans le cadre du projet d’établissement 2012-2016, inquiète les syndicats.

« Il est prévu de mettre en place une porte d’entrée unique au Chic (Centre hospitalier intercommunal de Cornouaille) », explique Patrice Houart, secrétaire Sud Santé à l’hôpital Gourmelen. Toutes les urgences psychiatriques seront donc orientées vers l’hôpital Laennec de Quimper. « Il y aura un flux important à gérer et les moyens en personnel ne vont pas permettre de le gérer. Il y aura donc des conséquences sur les conditions de travail et d’accueil », s’inquiète Yannick Milin, secrétaire CGT à l’hôpital Gourmelen.

Dans cette réorganisation, il est prévu de mettre en place, au centre médico-psychologique Gourmelin, une unité d’appui et de régulation gérée par un cadre et un agent.

Publié le 26 juin 2012
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi