Un "R" comme : Ras le bol des équipes du bloc ! ! !

Notre organisation a été interpellée par les équipes IADE/IBODE/AS du bloc opératoire, qui sont en grande difficulté pour plusieurs raisons depuis plusieurs mois.

La mise en place de l’astreinte pour les IADE en début d’année, nous paraît beaucoup plus de la désorganisation que de la réorganisation. La direction a jugé bon, par soucis d’économie, de remplacer le personnel de garde sur place par une astreinte à domicile. A travers les propos des agents concernés par cette astreinte, il y a un cumul de fatigue et de pénibilité à cette nouvelle organisation de travail. Ces mêmes agents "ont le plaisir de travailler" de 10 à 12 heures par jour, avec des périodes d’astreintes travaillées pouvant atteindre un cumul énorme.

A cela, de nombreux dysfonctionnements viennent s’ajouter concernant les IADE/IBODE/AS, la gestion des arrêts de travail non remplacés qui engendrent une augmentation des heures supplémentaires, des glissements de tâche.

De plus, nous sommes surpris de la validation des plannings. Comment peut-on valider des plannings qui ne respectent plus aucune règle de sécurité pour les agents du bloc ? La charge de travail est telle, que certains jours l’effectif ne permet plus d’assurer la sécurité des patients hospitalisés. La programmation opératoire ne laisse que peu ou pas de place à la préparation PER et PERI opératoire. Cela affecte directement la sécurité au bloc.

Au lieu d’adapter les effectifs à la charge de travail, la direction a imposé son choix de faire travailler les équipes en diminuant les effectifs, 22 postes IADE EN 2012, contre 19 en 2013, avec la mise en place des astreintes. L’équipe IBODE est également en sous effectif. Sans oublier le poste de coordination qui nécessite la présence d’une IADE ou d’une IBODE. Pour pallier l’absence du poste de cadre qui à été supprimé. L’équipe aide soignante est aussi touchée : il manque un demi poste budgétisé.

SUD Santé trouve inconcevable de mettre en place la pseudo contrainte budgétaire avec la sécurité qui est en droit d’attendre les agents, et, surtout pour chaque usager du CHPM. 

De ce fait, nos membres CHSCT ont réalisé une déclaration de danger grave et imminent à la DG. L’administrateur de garde, Mme Prince s’est déplacée pour parapher le document et prendre les mesures nécessaires rapidement. Une fois de plus, nous n’avons pu que constater le décalage et la méconnaissance de la direction avec nos conditions de travail. Mme Prince estime qu’à travers notre déclaration nous détournons l’utilisation de notre mandat CHSCT.

Difficultés croissantes à travailler dans de telles conditions, fatigue accumulée, souffrance, stress sont de plus en plus réels et pesants pour les équipes IADE/IBODE/AS. Affaire à suivre. La balle est dans le camp de la direction. Sans aucune mesure rapide, les agents se feront entendre autrement ! A bon entendeur …

Publié le 12 septembre 2013
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi