Un scanner pour les urgences à Concarneau

Scanner. « Un prétexte pour fermer les Urgences »

Les membres du comité de défense de l’hôpital sont en colère. Ils demandent de reconsidérer l’attribution du scanner à Quimper. Ils viennent d’interpeller la ministre de la Santé.

« Nous demandons à rencontrer, au plus vite, Alain Gautron, directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) Bretagne. Nous lui avons écrit mais il nous a jamais répondu. Nous voulons être accompagnés par les parlementaires et les élus du territoire ». Le comité de défense de l’hôpital a décidé de taper du poing sur la table. Objet de leur colère : l’attribution du scanner à un établissement privé de Quimper alors que Concarneau attend cet équipement depuis longtemps (notre édition du 20 novembre).

« Un assèchement volontaire des moyens »

« Si aucun investissement n’est réalisé au service de radiologie afin de le moderniser, il ne pourra plus fonctionner. Cela entraînera la fermeture totale des Urgences. Cet assèchement des moyens par l’ARS est volontaire », lâchent les membres du comité, créé en 2008 après la fermeture provisoire des Urgences de nuit. Selon eux, « on veut faire de Concarneau - un territoire qui compte pourtant 50.000 habitants en hiver et 100.000 en été -, un désert médical. Le secteur privé est favorisé au détriment du public ».

Ces derniers viennent d’écrire un courrier à Marisol Touraine, ministre de la Santé. Dans cette missi- ve, le comité ne mâche pas ses mots : « Nous sommes absolument scandalisés et tenons à vous le dire haut et fort... La population ne supportera pas une tentative de réorganisation qui ne dirait pas son nom, visant à fermer les services actifs de notre hôpital de proximité. Madame la ministre, nous attendons une réponse politique et il est de votre devoir de reprendre la main sur ce dossier ! ».

« On s’est clairement moqué de nous »

Le comité ne manque pas d’arguments et fustige, notamment, les inégalités liées aux coûts de transport vers Quimper ou encore le déséquilibre de l’offre sur le territoire provoquant d’importants délais d’attente. Surtout, le comité a le sentiment d’avoir été floué. « Nous avions rencontré le directeur local de l’ARS, Antoine Bourdon, en juillet. Il avait déjà eu connaissance de la décision concernant l’attribution du scanner. On s’est clairement moqué de nous », confie Yvon Guillou, l’un des porte-parole.

Le comité, qui compte aujourd’hui 200 adhérents, organisera prochainement une journée d’actions autour de la défense de l’hôpital. En attendant, il demande à être entendu afin de « reconsidérer l’attribution du scanner à Quimper ».

Steven Lecornu. Source : Le Télégramme.

Contact
- Comité de défense de l’hôpital, 5, rue Vulcain, à Concarneau.
- Tél. au 02.98.97.36.91. Mèl. defendre-hopitalcc@ hotmail.fr.

Publié le 4 décembre 2013
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi