Urgences de nuit menacées. Une réunion publique lundi

Les syndicats Sud-Santé, CGT, CFDT et FO organisent lundi, à 18 h au Cac, une réunion publique sur le projet de fermeture des urgences de nuit au Porzou. Mobilisées pour leur maintien, les organisations ont été reçues hier par la direction. La menace de fermeture des urgences de nuit au centre hospitalier inquiète : les Concarnois seront sans doute nombreux, lundi prochain, à se rendre au Cac pour s’informer sur le sujet. Les syndicats ont décidé d’organiser une réunion publique sur ce projet, histoire de présenter celui-ci et d’en dénoncer les conséquences. « Nous nous plaçons évidemment dans le cadre d’un maintien des urgences de nuit à Concarneau », indique Jean-Paul Sénéchal, secrétaire de Sud-Santé au Centre hospitalier de Cornouaille (Chic). Comme d’autres représentants syndicaux, il a rencontré hier le directeur du Chic, Hamid Siamed.

JPEG - 30.6 ko

A leur étonnement, les organisations ont été reçues une par une. « Pour nous, le préalable aux discussions était de retirer le devenir des urgences de nuit à Concarneau de l’ordre du jour du prochain comité technique d’établissement et du prochain conseil d’administration, le 30 avril », résume Jean-Paul Sénéchal. Face au refus de la direction, il a quitté la pièce : l’entretien a duré trois minutes. Il n’a pas pu développer les arguments mis en avant depuis plusieurs jours par les syndicats devant ce projet de fermeture : « les urgences de Quimper sont déjà surchargées », « les transports poseraient problème », « une fermeture avant la saison touristique est incompréhensible », « la troisième ville du département doit avoir des urgences continues »...

« Autre chose derrière »

Surtout, cette mesure serait selon eux une première étape vers la fermeture des urgences au Porzou. « Plus généralement, les questions sur le site concarnois sont nombreuses, il ne faut pas le cacher : nous sommes persuadés qu’il y a autre chose derrière », ajoute le représentant Sud-Santé. Il pense notamment au SMUR : « La direction de l’Agence régionale d’hospitalisation a évoqué un redéploiement des SMUR au niveau du Finistère, avec une suppression dans le sud pour en créer un à Landerneau ; autant dire que Concarneau est dans le collimateur », signale Jean-Paul Sénéchal. Il sera reçu aujourd’hui en mairie, avec d’autres représentants syndicaux.

24 avril 2008 - Source : Le Télégramme -

Publié le 24 avril 2008
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi